Le bien fait shiatsu pour votre capital forme

Qu'est ce que le shiatsu?

Le shiatsu est une pratique ancestrale Chinoise naturelle qui à l'oeil s'approche d'un massage. Grand principe de la médecine chinoise, MTC le shiatsu signifie Shi, pression en Japonais et atsu, doigts, c'est donc de l'acupuncture sans aiguille.

Par pressions de doigts, le praticien cherche à stimuler la circulation et enretenir le système immunitaire par les méridiens d"acupuncture.

 

         

                     SITE EN CONSTRUCTION

 

Isabelle le Gentil accompagne les adultes, adolescents, chevaux, chiens et chats dans leur capital forme via une approche holistique de la médecine chinoise : le Shiatsu. 

Couramment proposé au Japon, vous trouverez là bas des instituts entiers dédiés au shiatsu. La pratique du shiatsu est ancestrale. Pratiquée en Occident depuis une quarantaine d'années cette technique destinée aux humains a été adaptée par Pamela Hannay sur les animaux. Praticienne shiatsu Américaine, Pamela Hannay est la référence mondiale du shiatsu animalier et enseigna à l'institut Oashi de New York dès 1978.

 

Le shiatsu est un complément précieux pour prévénir, entretenir le capital forme ou récupérer mais ne dispense en aucun cas la visite chez votre médecin ou vétérinaire pour un diagnostic et suivi médical.

 

Concrètement

Le praticien fait des pressions avec les doigts sur un trajet précis du corps et propose des exercices.

Le  shiatsu permet de travailler sur les douleurs musculaires, ligamentaires et stimule le drainage lymphatique ce qui permet l'élimination des toxines. L'élasticité et la résistance des tendons et des ligaments seront donc améliorées et les muscles sont oxygénés.

 

Le mental n'est pas dissocié du physique. Le shiatsu est fréquemment pratiqué pour soulager des désordres physiques ainsi que des déséquilibres d'origines psychiques.

Le shiatsu favorise la libération d'endorphines (anti-inflammatoires naturels) ce qui participe à la relaxation et provoque un bien-être tant physique qu'émotionnel.

 

 

 

 

Ils en parlent